Télétravail et confinement – Préserver son équilibre émotionnel et psychique

La période que nous traversons est une crise à plusieurs titres : sanitaire, économique, mais aussi psychique. Notre contexte de vie a changé brutalement, nos repères ont été mis à  mal, notre rythme a été modifié. L’avenir est incertain et génère de l’anxiété qu’il nous faut gérer au quotidien. Le confinement, pour ceux qui travaillent à distance induit une collusion des sphères de vie qui nous conduit à devoir prendre de nouvelles mesures pour organiser notre quotidien de travail et familial. Là où notre routine habituelle nous donnait le sentiment de contrôler à minima nos vies professionnelles et personnelles, nous sommes aujourd’hui contraints à une réorganisation de celles-ci, qui à défaut, risquerait de nous épuiser  émotionnellement et psychiquement et nous conduire au burn-out. 

Toute situation de crise, nous déstabilise et génère un stress, d’abord aigu, mais pouvant se chroniciser. Le confinement est un facteur aggravant. La charge mentale de celui ou celle qui travaille dans le même espace que sa famille est majeure du fait de la promiscuité physique mais aussi de la multiplicité des tâches à assurer conjointement. Nous devons donc réorganiser l’espace, les temps de vie, les priorités et les tâches afin de ne pas entrer dans un processus de lutte puis de résistance à l’épuisement émotionnel, et voir ainsi nos ressources, difficilement renouvelables du fait du contexte de confinement, diminuer rapidement.

Les signes précurseurs de l’épuisement émotionnel et psychique liés à la désorganisation du travail, la modification de l’environnement de travail, et la nature du travail propres à l’activité et habituellement liés à l’organisation et ses modalités de fonctionnement existent également dans ce contexte. Nous pouvons ainsi être déstabilisés par des contraintes liées à une désorganisation du travail mais aussi de la vie en général, à vouloir à tout prix concilier les activités et les rôles. Or, préserver son équilibre émotionnel et psychique est essentiel au maintien de nos ressources et le garant de notre durabilité dans le contexte.

Pour maintenir son équilibre, il est important de négocier d’abord avec soi-même (mais aussi, ensuite, avec les autres). Par exemple, ne pas vouloir à tout prix garder le même rythme de travail ni le même contenu, dans tous les domaines. Ceci nous évitera l’inconfort d’un conflit interne (dans la gestion de nos priorités familiales et professionnelles) mais aussi externe (conciliation des activités). Modifier ses attentes envers le travail permet de limiter le sentiment d’inefficacité que l’on pourrait ressentir à vouloir maintenir à tout prix ses objectifs initiaux. Jouer sur l’organisation du travail et de la vie personnelle, en partialisant les temps comme les espaces permet de limiter la surcharge mentale et de travail. Etre à l’écoute de soi, de ses émotions et de celles des autres, permet d’éviter la dissonance émotionnelle générant un conflit interne et conduisant à l’épuisement. Entre d’autres termes, il est important de rester cohérent entre son ressenti, ses choix et ses actes. Enfin, gardons à l’esprit qu’il y a un après, et que pendant cette période, nous développons nos capacités d’adaptation pour l’avenir.

Therasens propose des accompagnements personnalisés de type coaching en présentiel et visioconférence pour lutter efficacement contre l’épuisement émotionnel et psychique.

Faire un point sur soi

In Reconnaître le Burn-out. Agir contre l’épuisement émotionnel et psychique et se retrouver. Paris : Eyrolles.

Les questions à se poser pour débuter…

Pour vous permettre de faire un point sur ce que vous êtes, à un moment donné, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

Qui suis-je ?

Quel type de travailleur, de parent, de sportif, etc. ?

Comment me décrire ?

En situation de travail, de parent, d’aidant, etc.

Quels sont mes besoins ?
………………………………………………………………………….……………………………………


La principale difficulté de l’exercice ici est de répondre à ses besoins pour estimer, ensuite, s’ils sont satisfaits ou non. L’attitude de pleine conscience et d’ouverture permettra d’aller plus loin qu’une réponse intellectualisée.

Réguler ses émotions – Prendre contact avec soi

In Reconnaître le Burn-out. Agir contre l’épuisement émotionnel et psychique et se retrouver. Paris : Eyrolles

Pratiquer l’attitude de pleine conscience et d’ouverture à soi

• Installez-vous dans une position confortable.

• Fermez les yeux, respirez amplement.

• Focalisez-vous sur votre souffle, sans chercher à le contrôler…

• Laissez le flux des pensées libre, laissez les passer, accueillez-les sans les juger.

• Laissez un état de bien-être s’installer progressivement et se répandre dans votre corps.

• Laissez le calme envahir votre esprit.

Vous pouvez noter après-coup les idées qui sont venues si elles vous semblent importantes. Vous pourrez ensuite les reprendre dans l’analyse de situations problématiques.

Quizz : Risquez-vous l’épuisement émotionnel et psychique ?

Êtes-vous menacé(e) d’épuisement émotionnel et psychique ?

Parmi les 14 phrases ci-dessous, cochez celles dans lesquelles vous vous reconnaissez.

1. Je suis souvent fatigué(e) et je n’arrive pas à récupérer.

2. Mes nuits sont agitées ou trop courtes.

3. J’ai régulièrement mal à la tête.

4. Je suis souvent malade (rhumes, rhinopharyngites, etc.).

5. J’ai des troubles digestifs.

6. Mon dos me fait mal, ou mes articulations sont sensibles.

7. Je passe du rire aux larmes, je pleure facilement, je suis souvent triste.

8. Je suis souvent irrité(e), énervé(e), tendu(e).

9. J’ai des comportements inappropriés (incivilités, agressivité, intolérance, etc.).

10. J’ai souvent envie de changer de vie.

11. Je consomme plus d’alcool que d’habitude.

12. Je prends parfois des médicaments pour me calmer.

13. Je mange plus ou moins qu’avant.

14. J’ai des difficultés à me concentrer, je suis moins efficace. 

Résultat

Si vous cochez plus de 5 symptômes, vous risquez d’être entré(e) dans le processus d’épuisement émotionnel et psychique. La lecture de ce chapitre vous aidera à mieux comprendre la souffrance qui vous anime.

5 petites histoires pour 10 bonnes raisons… mais pas seulement

En avant-première de la sortie de l’ouvrage, « Tout va bien mais…10 bonnes raisons d’aller voir le psy » aux Editions Mardaga, faites connaissance avec Anne-Marie, Mathieu, André, Lise, et Bastien, qui, comme d’autres ont décidé de s’ouvrir à eux-mêmes.

Vignettes :

N° 1 

« Je n’ai pas de quoi me plaindre… »

Rien à signaler dans la vie d’Anne-Marie. Pourtant, depuis quelques temps, elle n’est plus la même, son mari en témoigne. Des sautes d’humeur plus fréquentes, moins de sorties, moins d’envie, moins de plaisir. La vie a perdu de sa saveur mais elle ne sait pas pourquoi…Pourtant, il ne se passe rien de spécial, il n’y a rien à signaler, sa vie est la même depuis 30 ans, à quelques détails près….Alors, quel est le problème ? La rationalisation fait son œuvre et donne lieu à un discours banalisant et lisse. Comment être entendue lorsque l’on ne s’écoute pas soi-même ? Doit-on forcément prêter attention aux petits changements discrets d’humeur, de comportement, qui ne portent pas à conséquences, si ce n’est gâcher les moments de vie dont nous profitions auparavant ? C’est ce que se dit Anne-Marie, qui n’a pas de quoi se plaindre. Toutefois, si l’on prête une oreille attentive à ces petits riens qui tarissent son quotidien, si et seulement si, on peut entendre l’amorce d’une question, à laquelle, elle pourrait répondre.

N° 2

Mais au fait, quelle est la question ?

Mathieu est sur tous les fronts. Artisan, il fait un métier de passion. Récemment propriétaire, il se charge des travaux de sa maison. Père de trois enfants jeunes, il use de ses horaires flexibles pour prendre en charge les fins de journée, sa femme, assurant, elle, le mercredi et le week-end. Depuis quelques temps, rien ne va plus ; son dos le fait souffrir, le rythme imposé, de plus en plus pesant, se fait sentir. Son état inquiète sa femme, ce qui le pousse à consulter son médecin. Il prend des antalgiques, qui le soulagent de moins en moins. Fatigué, il fait des examens complémentaires, puis, à défaut de résultats concluant, multiplie les rendez-vous de spécialistes et thérapeutes divers. Etant à son compte, il ne se permet pas de se reposer, l’enjeu du chiffre d’affaires étant au centre de ses préoccupations. Sa femme, de son côté, évoque son besoin de passer un peu plus de temps avec lui, le week-end, mais aussi, le désir de mettre un terme à ces travaux qui n’en finissent plus… Mathieu ne sait que répondre, ni comment faire, sinon soigner ce corps. Mathieu est pris dans une triple injonction : devoir prendre soin de lui, mais aussi, assurer son chiffre d’affaires, et finir les travaux. Comment répondre sans analyser les éléments du problème ? Quel est le coût de la réponse à celui-ci ?

N°3

Est-ce bien nécessaire ?

C’est ce que se demande André, 65 ans. Ancien cadre, André a eu une carrière professionnelle bien remplie et a débuté avec plaisir sa nouvelle étape de vie, remplissant son agenda par de multiples activités sportives et culturelles. Récemment, sa femme remarque qu’il a moins d’entrain à anticiper les voyages et sorties qui, jusqu’il y a peu, le rendaient heureux. Elle observe aussi des oublis, de mots, de prénoms, et un moindre intérêt pour les autres. Surprise par le peu d’élan dont il fait preuve à l’occasion du choix d’une villégiature, elle lui propose « d’aller voir quelqu’un ». « Qu’est-ce que je vais aller faire là-bas ? lui répond André, je n’ai pas de temps à perdre avec ce genre de truc, il y a des choses plus graves ». André n’a pas le temps de prendre le temps de s’interroger sur ce qui lui arrive, dans cette période de changement importante de sa vie. Sa première réaction va être d’évacuer le problème qu’il peine néanmoins à masquer et de courir le risque de laisser s’enkyster la situation.

N°4

Lise a beaucoup « travaillé sur elle-même ». De ses morceaux successifs de travail psychothérapeutique, elle exprime avoir grandi, mais, néanmoins, se sentir toujours « petite dans sa tête ». En effet, elle a expérimenté différents types de thérapies, de psychologues, de psychothérapeutes, sans que ces démarches ne s’inscrivent dans la durée : elle « n’accrochait pas », ou déménageait, ou se sentait mieux et les interrompaient soudainement. La raison de sa venue aujourd’hui est qu’elle peine à trouver « l’âme sœur », « la perle rare », et va d’histoires en histoires sans que les hommes qu’elle rencontre ne lui conviennent. Si l’on peut raisonnablement se poser la question de ce qu’elle cherche, ou attend d’un homme, cette question vient en résonnance avec la manière dont elle s’inscrit ou non dans une relation, qu’elle soit affective ou thérapeutique. Aussi, qu’en est-il de sa recherche de l’impossible et de son engagement dans toute forme de relation ?

L’épuisement Professionnel : s’épuiser à lutter versus lutter sans s’épuiser

Le Burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est un terme large qui renvoie à l’existence de signes cliniques non spécifiques. Le contexte auquel il est rattaché est l’environnement professionnel, et, dans sa définition initiale, aux particularités de la relation professionnelle soignante. Freudenberger (1974) le définit comme un « état de fatigue ou de frustration lié à l’engagement dans une cause ou un type de vie ne donnant pas le type de satisfaction attendue ». Cette définition met l’accent sur l’engagement dans une voie professionnelle pouvant faire « vocation » pour l’individu. Initialement réservée aux aidants, l’expression s’est étendue jusqu’à désigner un syndrome représenté par des signes cliniques réactionnels à l’existence d’un stress chronique. Sans s’attarder trop sur les signes du syndrome d’épuisement professionnel, rappelons néanmoins que l’on observe la présence de symptômes somatiques, psychiques, et comportementaux variés (perturbations de l’humeur, irritabilité, agressivité, pleurs, mises en danger – conduites à risques, conduites addictives…) et frappants par leur apparente banalité. Ces troubles apparaissent ainsi au premier plan des relations entretenues par l’individu avec les autres acteurs de son environnement professionnel et personnel. De plus, la fatigue souvent chronique, la lassitude, ou les maux de têtes et troubles digestifs divers, troubles du sommeil (insomnies, mais aussi hypersomnies) en sont des expressions, tout comme l’apparition répétée de maladies somatiques, témoignant ainsi d’un terrain physiologique favorisant et fragilisé. La fatigue, par exemple, liée à l’engagement du sujet dans son activité professionnelle, est celle du corps. Mais elle est aussi celle de l’esprit, marqué par une lassitude et un sentiment de vide qui concourent à faire du burn-out l’expression d’une souffrance subjective. Aussi, sous des expressions banales se cache une souffrance intense dont l’épuisement émotionnel, le sentiment de dépersonnalisation (lié à ce qui se modifie chez l’individu qu’il ne reconnait pas, mais aussi, à celui qu’il devient dans l’accomplissement de sa tâche), et la perception d’une perte de réalisation de soi sont les signes (Maslach et coll., 1996).

Mais, avant tout, ce dont le burn-out (épuisement lié à la surcharge de travail et au stress chronique induisant une forme d’ « intolérance acquise »), le bore-out (épuisement lié à la vacuité induisant une perte de désir), et maintenant, le brown-out (épuisement lié à l’absurdité du contexte, des demandes professionnelles, induisant une perte de sens) témoignent, c’est de la consumation d’un individu face à un système incohérent ou perçu comme tel.

L’association entre le stress chronique et le syndrome d’épuisement professionnel, s’était vu essentiellement rattachée, jusqu’à ces dernières années, à l’environnement professionnel et ses exigences vis-à-vis de l’individu (cf. modèle Karasek et Theorel, 1990).  La santé mentale est envisagée comme le résultat d’un équilibre entre les exigences au travail et liées à celui-ci (surcharges, efforts, exigences…) et les ressources de l’individu en situation (ressources physiques, psychiques, sociales, organisationnelles). Si le travail ici est conçu comme une cause d’épuisement professionnel, il est aussi un lieu d’accomplissement personnel et source de réalisation. C’est justement ce qui est en jeu dans le conflit psychique qui anime l’individu en souffrance. L’épuisement émotionnel acteur majeur du processus d’épuisement professionnel apparait lié au sentiment de désespoir (vécu par l’individu en souffrance au travail), alimenté par la perception d’un écart entre des efforts élevés pour satisfaire aux exigences du travail (surinvestissement), mais aussi, des récompenses intrinsèques et une satisfaction du besoin de compétence faibles (voir article de C. Nicolas, P. Desrumaux, M. Séguin, G. Beauchamp (2016). Environnement de travail, symptômes dépressifs et sentiment de désespoir : étude auprès de salariés. Le travail humain, 2, 79).

Le besoin de compétences au travail est relevé, avec le besoin d’autonomie et d’affiliation (relations interpersonnelles), comme l’un des besoins fondamentaux permettant la satisfaction au travail (voir Deci & Ryan, 2000). Les modalités de réponses produites par l’organisation à ces besoins des individus ne sont pas sans lien avec l’expression clinique de stress chronique et la souffrance vécue, sans pour autant que cela soit reconnu par l’individu lui-même. Nombreux sont, en effet, les témoignages de patients ayant succombé au burn-out sans s’y attendre, ni avoir repéré (ou eu conscience) de signes précurseurs.

Au-delà des expressions cliniques, le syndrome d’épuisement professionnel est d’abord le produit d’une rencontre entre un individu et un environnement et le signe d’un déséquilibre ou d’une perturbation de l’équilibre physiologique et psychologique. La dissonance émotionnelle et cognitive impliquée tant dans le rapport que l’individu entretient au travail que dans son rapport à lui-même et ses attentes de réalisation personnelle, sont autant facteurs de vulnérabilité. Il apparait que les facteurs de risques se situent à différents niveaux (individuels, collectifs, organisationnels, interpersonnels) et peuvent ainsi être rattachés, selon les caractéristiques individuelles, à plusieurs domaines de vie.

Actuellement, le burnout « contamine » d’autres secteurs ; ce terme recouvre aujourd’hui la description d’une situation clinique avec la présence d’un épuisement émotionnel (assèchement émotionnel), physique et psychique, marqué par un écart entre les attentes d’un individu et ce que le milieu lui demande et lui offre (ce qu’il en retire comme bénéfices subjectifs). Les types de burn-out ont tendance à se multiplier avec l’apparition du burn-out « maternel », burn-out « familial », burn-out « des aidants », burn-out sportif.

L’implication subjective dans le travail  comme dans la vie– non pas en tant que telle, mais selon ses modalités, en d’autres termes, la manière dont l’individu s’implique – est ainsi une source d’hyperactivité épuisant les ressources physiques et mentales de l’individu et conduisant à la perception d’une temporalité réduite. Par ailleurs, il est difficile de faire l’économie d’un regard tourné vers la société contemporaine et les valeurs véhiculées dans la culture, le groupe ou l’organisation. Elles peuvent aussi, et c’est là, l’occasion d’un autre conflit interne, être en inadéquation avec les valeurs individuelles et conduire au sentiment de l’individu d’être « pris en otage », ce dernier tentant de concilier l’inconciliable.

Déterminer les facteurs de stress, repérer les signes précurseurs d’épuisement, faire le tri dans ce qui nous lie au travail tout autant que les ressources disponibles ou restant à développer, est ainsi un préalable à engager pour lutter contre l’épuisement professionnel. Le maintien et le développement des ressources psychiques, émotionnelles, physiques et sociales est une condition de réussite, c’est-à-dire, une condition à la sortie de ce processus. Autrement dit, le burn-out n’est pas une fatalité.

Les ateliers Therasens s’inscrivent dans un objectif de prévention, de même que les actions de formations en Prévention des risques psycho-sociaux que propose l’Institut. Les packs burn-out permettent eux, de tourner la page de l’expérience clinique vécue.

Qu’est-ce qu’un stage thérapeutique ?

Parler de stage thérapeutique peut sembler équivoque, du fait notamment du vocable stage qui renvoie généralement à une dimension pédagogique. On l’emploie en effet fréquemment dans le cadre de la formation. En outre, le terme « thérapeutique » implique une visée de soin, exclue, la plupart du temps de l’enseignement et de la formation.

Le concept de stage thérapeutique repose ainsi sur l’association d’un dispositif marqué par un cadre temporel singulier, sous une forme condensée de travail de deux à trois jours, d’un objectif défini, le travail sur soi orienté, et d’une visée de soin psychologique.

L’idée de ces stages est de proposer un travail psychologique marqué par un dispositif ad hoc permettant de se centrer au mieux sur ses objectifs sans que le quotidien de nos vies actives (personnelles, familiales, professionnelles) ne vienne parasiter ce travail. Therasens développe une approche thérapeutique originale et innovante par l’intermédiaire des stages thérapeutiques mais aussi des ateliers. Ils offrent un travail sur soi progressif accompagné par une psychologue et des intervenants, psychologues et non psychologues spécialisés dans les pratiques psycho-corporelles et corporelles, en co-animation, permettant un accompagnement et une prise en charge pluriels. L’alliance d’un cadre de travail limité dans le temps, groupal et ciblé permet d’initier un travail psychologique plus rapidement qu’un cadre classique. Ils n’ont pour autant pas vocation à remplacer une psychothérapie; ils permettent plutôt d’introduire à la question du psychisme et ses déterminants, d’ouvrir au questionnement sur soi et d’initier des éléments de compréhension et de réponse. Ils peuvent ainsi constituer un préalable au travail en psychothérapie, le cas échéant.

Toutefois, l’ambition des stages thérapeutiques est bel et bien de cibler une problématique particulière. Ils permettent au participant de découvrir les ressorts de son fonctionnement psychique et d’apprendre ainsi à se connaître, dans un premier temps, puis, à être soi (en contexte, relativement aux définitions que recouvre le Soi). Ils articulent, du fait de la spécificité de la méthode thérapeutique mise à disposition des participants, la dimension du psychisme, à celle du corps et de l’émotion. Le travail des liens corps-psychisme représente un atout majeur dans la connaissance de soi et des autres.

Les ateliers Therasens de Prévention du Burn-out et Apprendre à réguler ses émotions ont pour but de permettre au participant de comprendre le processus dans lequel il est pris, ou ce qui le freine et de développer ses ressources à l’aide d’outils dédiés.

Si le dispositif de stage n’est pas un équivalent d’une psychothérapie, il permet un travail thérapeutique efficient dans le respect du participant, à qui, parfois, il aurait fallu, sans cela, plusieurs mois d’hésitations à s’engager dans une psychothérapie à proprement parler (voir Tout va bien mais.10 Bonnes raisons d’aller voir le psy). Ce cadre permet un travail progressif avec un engagement défini et délimité dans le temps. La dimension innovante du concept de stage thérapeutique repose aussi, vous l’aurez compris, sur un dispositif thérapeutique adapté à notre époque dans sa forme et son contenu, de même qu’en évolution constante.