L’épuisement Professionnel : s’épuiser à lutter versus lutter sans s’épuiser

Le Burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est un terme large qui renvoie à l’existence de signes cliniques non spécifiques. Le contexte auquel il est rattaché est l’environnement professionnel, et, dans sa définition initiale, aux particularités de la relation professionnelle soignante. Freudenberger (1974) le définit comme un « état de fatigue ou de frustration lié à l’engagement dans une cause ou un type de vie ne donnant pas le type de satisfaction attendue ». Cette définition met l’accent sur l’engagement dans une voie professionnelle pouvant faire « vocation » pour l’individu. Initialement réservée aux aidants, l’expression s’est étendue jusqu’à désigner un syndrome représenté par des signes cliniques réactionnels à l’existence d’un stress chronique. Sans s’attarder trop sur les signes du syndrome d’épuisement professionnel, rappelons néanmoins que l’on observe la présence de symptômes somatiques, psychiques, et comportementaux variés (perturbations de l’humeur, irritabilité, agressivité, pleurs, mises en danger – conduites à risques, conduites addictives…) et frappants par leur apparente banalité. Ces troubles apparaissent ainsi au premier plan des relations entretenues par l’individu avec les autres acteurs de son environnement professionnel et personnel. De plus, la fatigue souvent chronique, la lassitude, ou les maux de têtes et troubles digestifs divers, troubles du sommeil (insomnies, mais aussi hypersomnies) en sont des expressions, tout comme l’apparition répétée de maladies somatiques, témoignant ainsi d’un terrain physiologique favorisant et fragilisé. La fatigue, par exemple, liée à l’engagement du sujet dans son activité professionnelle, est celle du corps. Mais elle est aussi celle de l’esprit, marqué par une lassitude et un sentiment de vide qui concourent à faire du burn-out l’expression d’une souffrance subjective. Aussi, sous des expressions banales se cache une souffrance intense dont l’épuisement émotionnel, le sentiment de dépersonnalisation (lié à ce qui se modifie chez l’individu qu’il ne reconnait pas, mais aussi, à celui qu’il devient dans l’accomplissement de sa tâche), et la perception d’une perte de réalisation de soi sont les signes (Maslach et coll., 1996).

Mais, avant tout, ce dont le burn-out (épuisement lié à la surcharge de travail et au stress chronique induisant une forme d’ « intolérance acquise »), le bore-out (épuisement lié à la vacuité induisant une perte de désir), et maintenant, le brown-out (épuisement lié à l’absurdité du contexte, des demandes professionnelles, induisant une perte de sens) témoignent, c’est de la consumation d’un individu face à un système incohérent ou perçu comme tel.

L’association entre le stress chronique et le syndrome d’épuisement professionnel, s’était vu essentiellement rattachée, jusqu’à ces dernières années, à l’environnement professionnel et ses exigences vis-à-vis de l’individu (cf. modèle Karasek et Theorel, 1990).  La santé mentale est envisagée comme le résultat d’un équilibre entre les exigences au travail et liées à celui-ci (surcharges, efforts, exigences…) et les ressources de l’individu en situation (ressources physiques, psychiques, sociales, organisationnelles). Si le travail ici est conçu comme une cause d’épuisement professionnel, il est aussi un lieu d’accomplissement personnel et source de réalisation. C’est justement ce qui est en jeu dans le conflit psychique qui anime l’individu en souffrance. L’épuisement émotionnel acteur majeur du processus d’épuisement professionnel apparait lié au sentiment de désespoir (vécu par l’individu en souffrance au travail), alimenté par la perception d’un écart entre des efforts élevés pour satisfaire aux exigences du travail (surinvestissement), mais aussi, des récompenses intrinsèques et une satisfaction du besoin de compétence faibles (voir article de C. Nicolas, P. Desrumaux, M. Séguin, G. Beauchamp (2016). Environnement de travail, symptômes dépressifs et sentiment de désespoir : étude auprès de salariés. Le travail humain, 2, 79).

Le besoin de compétences au travail est relevé, avec le besoin d’autonomie et d’affiliation (relations interpersonnelles), comme l’un des besoins fondamentaux permettant la satisfaction au travail (voir Deci & Ryan, 2000). Les modalités de réponses produites par l’organisation à ces besoins des individus ne sont pas sans lien avec l’expression clinique de stress chronique et la souffrance vécue, sans pour autant que cela soit reconnu par l’individu lui-même. Nombreux sont, en effet, les témoignages de patients ayant succombé au burn-out sans s’y attendre, ni avoir repéré (ou eu conscience) de signes précurseurs.

Au-delà des expressions cliniques, le syndrome d’épuisement professionnel est d’abord le produit d’une rencontre entre un individu et un environnement et le signe d’un déséquilibre ou d’une perturbation de l’équilibre physiologique et psychologique. La dissonance émotionnelle et cognitive impliquée tant dans le rapport que l’individu entretient au travail que dans son rapport à lui-même et ses attentes de réalisation personnelle, sont autant facteurs de vulnérabilité. Il apparait que les facteurs de risques se situent à différents niveaux (individuels, collectifs, organisationnels, interpersonnels) et peuvent ainsi être rattachés, selon les caractéristiques individuelles, à plusieurs domaines de vie.

Actuellement, le burnout « contamine » d’autres secteurs ; ce terme recouvre aujourd’hui la description d’une situation clinique avec la présence d’un épuisement émotionnel (assèchement émotionnel), physique et psychique, marqué par un écart entre les attentes d’un individu et ce que le milieu lui demande et lui offre (ce qu’il en retire comme bénéfices subjectifs). Les types de burn-out ont tendance à se multiplier avec l’apparition du burn-out « maternel », burn-out « familial », burn-out « des aidants », burn-out sportif.

L’implication subjective dans le travail  comme dans la vie– non pas en tant que telle, mais selon ses modalités, en d’autres termes, la manière dont l’individu s’implique – est ainsi une source d’hyperactivité épuisant les ressources physiques et mentales de l’individu et conduisant à la perception d’une temporalité réduite. Par ailleurs, il est difficile de faire l’économie d’un regard tourné vers la société contemporaine et les valeurs véhiculées dans la culture, le groupe ou l’organisation. Elles peuvent aussi, et c’est là, l’occasion d’un autre conflit interne, être en inadéquation avec les valeurs individuelles et conduire au sentiment de l’individu d’être « pris en otage », ce dernier tentant de concilier l’inconciliable.

Déterminer les facteurs de stress, repérer les signes précurseurs d’épuisement, faire le tri dans ce qui nous lie au travail tout autant que les ressources disponibles ou restant à développer, est ainsi un préalable à engager pour lutter contre l’épuisement professionnel. Le maintien et le développement des ressources psychiques, émotionnelles, physiques et sociales est une condition de réussite, c’est-à-dire, une condition à la sortie de ce processus. Autrement dit, le burn-out n’est pas une fatalité.

Les ateliers Therasens s’inscrivent dans un objectif de prévention, de même que les actions de formations en Prévention des risques psycho-sociaux que propose l’Institut. Les packs burn-out permettent eux, de tourner la page de l’expérience clinique vécue.

J'EVITE LE BURN-OUT !

Dr Agnès Bonnet-Suard

p

Surmenage et Burn-Out

R

La voie de l’équilibre

VTC Aix en provence et marseille
J'EVITE LE BURN-OUT !

Les profils à risque du Burn-Out

C’est des personnes très engagés dans leur travail, motivés, demandant peu d’aide.

Transferts Aeroports et Gares Provence

L'épuisement professionnel n'est pas une dépression.

C’est un épuisement dû au stress chronique au travail.

J'EVITE LE BURN-OUT !